AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Si tu n'as pas le courage de changer les choses alors il ne te restes plus qu'à mourir [ Sir W. Hawkins ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: Si tu n'as pas le courage de changer les choses alors il ne te restes plus qu'à mourir [ Sir W. Hawkins ] Mer 30 Déc - 17:22




Si tu n'as pas le courage de changer les choses alors il ne te restes plus qu'à mourir !

Le royaume de Luvneel était un endroit fastueux et pourvu d’une monarchie qui était établie depuis plusieurs décennies, malheureusement ce royaume devenu une immense organisation criminelle dont l'objectif principal était d’amasser le plus de richesse afin de contrôler toutes les îles de North Blue, avoir beaucoup d’argent ne suffisait pas tout le temps c'est pour cela que la mafia devenu  rapidement reconnue dans le monde de la pègre pour leurs barbaries envers leurs opposants. La Familia DeVitto asservit en roi sur son domaine, personne ne pouvait les contredirent même par la marine qui était censée faire régner la justice d'une main de fer. Ce lieu ressemblait a toutes ses foutues villes de villageois piteux et miséreux , le plus bizarre était absence de marine dans les rues de la capitale. Pourquoi ne pas prendre un peu de vacance ? le combat contre le superviseur du Baratie avait fatigué notre protagoniste. Il était temps pour lui de souffler un peu en sirotant du bon saké accompagné de délicieuses hôtesses a très très forte poitrine. Quoi ! Hiro un pervers vous rigolez ? triste était la vie de renégat,  nous sommes comme des papillons aussi éphémères qu'éternels, étourdis par le temps qui passe, émerveillés de l'immensité du ciel et des couleurs de la mer c’est pour cela qu’il faut vivre sa vie comme ci était le dernier jour. Les habitants faisaient foule dans les rues de la ville, à se demander s’il y avait encore quelqu’un dans les habitations alentour. La ville était drôlement animée pour une île sous la dictature d’une mafia, Hiro faisait de son mieux pour marcher en évitant de cogner les gens se trouvant à l’autre bout de la rue il avait vraiment envie de goûter à l’un de leurs plats. Bien que le nombre de populace a passé pour y arriver le décourager un peu, une personne le cogna sur le côté, enfin un plus que les autres, mais bon peut-être avait il était poussé par quelqu’un d’autre. Pourtant il attira le regard du jeune homme.


Un petit groupe de civile peut être des mafieux ou bien des chasseurs de primes en tout cas le jeune homme avait un mauvais pressentiment les concernant. Hiro les vit alors disparaître dans la foule, il continuait d’essayer de trouver un passage à travers cet attroupement pour atteindre l’autre bout de la rue. Ses bras les gênaient pour passer correctement entre les gens, il décida donc de les glisser dans ses poches pour être plus à l’aise. Tournant la tête de chaque côté, l’assassin vit alors une gouttière qui longeait verticalement le mur d’une maison. Rapidement il grimpait dessus à deux mètres du sol afin d’avoir une meilleure vue sur la foule et des parages. Bien sûr plusieurs regards se tournèrent vers lui, il entendit quelques filles rirent en le traitant de singe et des garçons demandant à leur mère s’il pouvait faire de même . Au loin Hiro vit une taverne, son estomac crié famine il était temps pour le jeune homme de se goinfrer comme un porc. Redescendant rapidement de son perchoir, il disparut des regards en s'insérant dans la foule. Il lui fallut deux bonnes minutes pour passer à travers tous ces gens avant d'arriver devant l'entrée de la taverne qui semblait très mal tenu. Les mains toujours enfoncés dans ses poches, il s'avançait d'une démarche nonchalante en direction du comptoir du bar. À sa droite une jolie jeune femme aux cheveux châtain foncé avec un regard de braise. Une boule s'installa au niveau de son estomac qui lui coupa littéralement l'envie de manger, pourquoi stresser autant ce n'est qu'une simple femme. Le jeune homme détournait lentement son regard timidement dans la direction de la belle demoiselle.

Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Si tu n'as pas le courage de changer les choses alors il ne te restes plus qu'à mourir [ Sir W. Hawkins ] Jeu 31 Déc - 16:53

Si tu n'as pas le courage...
Sir W. Hawkins
feat.
Hiro Yoshinaka










Encore une journée de repos pour William. Il ne faut pas croire qu'il s'en plaignait loin de là, mais cela devenait de plus en plus fréquent. Adossé contre un cheminée, notre protagoniste feuilletait les affiches de la marine pour se renseigner sur ses futures proies. C'était la façon dont il avait toujours procédé, s'informer avant d'assassiner, la règle numéro un du parfait agent. Cela lui permettait ainsi de rester discret et de ne pas dévoiler son identité au premier venu... Aujourd'hui, la météo n'était pas très clémente, une couche épaisse grise recouvrait intégralement le ciel. Et la température ne cessait de se dégrader de jour en jour, ce qui ne l'arrangeait pas vraiment. À vrai dire, notre protagoniste détestait porter des tenues hivernales, jugées trop imposantes et désagréables à son goût. Comme toutes les après-midi, les habitants du village étaient de sortie, exerçant leur métier ou tout simplement se baladant en profitant d'un jour de repos. Autant dire qu'il y avait du monde dans les rues.

Mais, la principale raison, c'était la fête de la baleine. En effet, une fois par an, et ce, durant une semaine, la personne ayant pêché le plus gros poisson remportait un prix ainsi qu'une modique somme d'argent. Tous les pécheurs de la ville, avaient étalé leurs marchandises, prouvant leur maîtrise de ce métier souvent ingrat et difficile. Des stands proposant diverses épreuves, jeux et produits s’étaient répandus. Certaines tavernes qui n’ouvraient qu’à la tombée de la nuit, faisaient exception trop ravi de cette foule de clients supplémentaires. Il commençait à faire froid et William se les gelaient, il fallait absolument qu'il bouge de là. Et puis, un petit peu d'exercice physique ne fait pas de mal. Il décida de se rendre sur le port, pour goûter à ces mets délicieux que sont les poissons. Notre ami utilisa principalement la route des toits, en essayant de faire le moins de bruit possible en marchant dessus, pour ne pas s'attirer d'ennuis. C'est donc à l'abri des regards qu'il pouvait tranquillement avancer, car à ce moment-là, peu de monde était sur les balcons.

Continuant sa longue promenade de plusieurs centaines de mètres, l'agent fit malencontreusement tomber sa clé de maison sur l'un des balcons de la ville. Ah, qu'est-ce qu'il pouvait être maladroit parfois. Le trentenaire descendit donc de son perchoir pour la récupérer. Il aurait été facile pour lui de demander aux propriétaires, mais ce n'était pas vraiment son genre. Certains penseront qu'il vaudrait mieux ne pas prendre de risques quand on peut y aller sans contourner la loi ? Mais, William s'en contrefichait, il représentait la loi. Il alla la chercher, discrètement, sans que personne ne le voit. Et se trouvait maintenant au-dessus d'un bar, ça tombait bien, car il avait une petite envie de siroter quelque chose de chaud. Ainsi, il entra dans l'édifice. Cet endroit n'avait rien d'exceptionnel, l'ambiance restait similaire à celle de d’habitude. Il se posa sur un tabouret, ses mains laissant échapper quelques berrys sur le comptoir en bois avant de commander sa boisson.

L'agent commença à se délecter de ce nectar. Les yeux fermés de plaisir, il laissait la chaleur lui monter au cerveau tandis que l'alcool descendait dans sa gorge. Habillé de son accoutrement de bourgeois, il récoltait quelques regards indésirables de la part de certains clients aux airs louches. Pourtant, cela ne déplaisait pas forcément à notre gentilhomme. Soudain, un gars fit son entrée dans le bar. Il n'avait rien qui sortait vraiment de l'ordinaire, mis à part sa tignasse blonde et sa démarche. Peut-être était-ce parce qu'il venait de s’asseoir à côté d'une charmante demoiselle, mais rapidement les regards se tournèrent vers lui. Ceux-ci avaient l'air de vouloir en découdre avec le blondinet. William s'approcha du gamin, et lui adressa la parole.

- Eh petit, ce n'est pas que je veuille t'importuner pendant que tu reluques, mais j'ai l'impression qu'on ne t'aime pas beaucoup dans le coin. Alors je te conseille de filer d'ici.
© Gasmask


Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Si tu n'as pas le courage de changer les choses alors il ne te restes plus qu'à mourir [ Sir W. Hawkins ] Ven 1 Jan - 14:50




Si tu n'as pas le courage de changer les choses alors il ne te restes plus qu'à mourir !

Cela faisait déjà quelques mois que le jeune homme avait quitté son île natale suite à sa trahison, Il décida de voyager à travers les mers et les océans de Blue Seas pour y entamer une longue excursion au titre de progresser dans le domaine des arts martiaux et de devenir quelqu'un de reconnu dans le monde . Quelle idée folle de vouloir devenir quelqu’un d'incontesté, mais Hiro savait que la gloire l'attendait et que bientôt il serait quelqu'un de crains de tous. , Royaume de Luvneel une magnifique île de North Blue au premier abord, de petites maisons se forment carrées pintent en blanc, des toits en tuiles de couleurs différentes tantôt vertes tantôt jaunes ou encore rouges. Cette petite ville aurait pu être très accueillante et agréable pour toutes les personnes domiciliant sur l’île s'il n'y avait pas eu ce léger problème, sur les cent mille personnes y vivant une dizaine de milliers étaient des mafieux, qu'elle poisse ! Par chance, le visage de notre protagoniste était inconnu par ces membres du bras armé de la mafia de Luvneel, le jeune homme pouvait donc se mouvoir sans problème dans les rues de cette ville infestée par des chiens pouilleux capables de tout pour quelques Berry. Pour en rajouter une autre couche, un immense château entouré du logo de la mafia trôné en point culminant de la capitale, montrant leurs pouvoirs à la face du monde.

Quant à Hiro, il était installé devant le comptoir d'un bar l'ambiance était plutôt chaleureuse et rustique pour ce qui était sûrement l'un des plus vieux établissements du royaume . Boiseries, lumières tamisées, tables et banc en bois de chênes patinés par les années. Sur les murs on pouvait découvrir l'origine du nom de l'endroit. Des milliers de parchemins accrochés sur les boiseries, des milliers d'histoires racontées par tous ceux qui ont un jour posé leurs fesses sur les bancs de la taverne. Des récits de coups durs, de combats, de tempêtes, des histoires de défaites et de guignes qu'on vient exorciser ici entre vieux loups de mer et brigands. Les coudes sur le bar tout en observant la pièce, Hiro se retournait vers le propriétaire jouant le rôle de barman. Un sourire de la part du tavernier et celui-ci lui serra une bonne pinte de bière bien fraîche à la mousse blanche. Il prit une bonne gorgée avant de soupirer et se déposait le verre presque à moitié vide sur le comptoir en bois. Un homme interpella Hiro d’une fois enjouée, il était habillé magnifique costard blanc de très bonne facture, son chapeau Old Ford et sa cape lui donnaient un air de magicien sans oublier sa répugnante moustache noire qui dominait son visage « Eh petit, ce n'est pas que je veuille t'importuner pendant que tu reluques, mais j'ai l'impression qu'on ne t'aime pas beaucoup dans le coin. Alors je te conseille de filer d'ici »Pour qu’il se prenait . Hiro détestait qu'on le force à faire quelque chose qu'il n'avait pas envie de faire et il n’avait pas le désir de quitter les lieux.


« Je ne reçois aucun ordre d'un gentilhomme de bonne famille, je vous conseille de partir rapidement de ce bar ce n’est par un endroit pour les gens de votre classe vous risquez de vous faire mal. »

Dans une taverne où de nombreux cris s'échappaient et dont le parfum de bière enivrait les narines de tous les poivrots qui passaient le plus clair de leur temps dans le bar à peine la réponse notre protagoniste donné qu’un homme de la Marine l’interpella : « Hiro Yoshinaka vous êtes en état d’arrestation pour le meurtre du directeur du Baratie, rentez-vous sans faire de vagues nous sommes armées ! » Sur tous les brigands des mers qui s’étaient accostés sur cette foutue île il fallait que sa tombe sur le renégat, lui qui pensât passer de belles vacances. La Marine était corrompue jusqu’aux os quand Hiro vous dissiez qu'avec un peu d’argent on pouvait tout faire bah il avait raison la preuve, de quel droit le gouvernement s’immisçait dans les histoires de la mafia locale. Il était temps pour lui de quitter les lieux et en vitesse les hommes de la marine pointaient leurs armes dans la direction du jeune homme , une petite escouade de quatre personnes. Comprenant enfin de quoi il retournait, aidait par un sourire macabre de brute, un gong retentit dans la tête du jeune combattant comme une sorte déclique de boxeur. Les mains enfonçaient dans son pantalon, le jeune homme s'avança d'une démarche nonchalante ne quittant pas les hommes de la Marine du regard ne serait-ce qu'une seconde. Tous ses sens étaient en éveils, il ne s'agissait pas d'être mis à terre par une attaque surprise, le savoir, c'est le pouvoir. De la poussière couleur cendre apparu quand Hiro quitta sa position, se précipitant rapidement vers ses adversaires, qui avait bloqué la porte avec un barrage, au premier il donna un coup de pied qui le décolla du sol pour enfin s’écraser contre le plafond du bar ensuite le jeune homme sauta haut dans les aires puis envoya un puissant coup de pied en utilisant son fruit du diamant pour l'écrasant contre le sol. L’escouade de la marine anéantie il était temps pour notre protagoniste de partir rapidement. Il jeta une bourse au tavernier pour les dégâts occasionnés [ 10 000 b], il se mit alors à courir quand il entendit au loin des cris. Il s'agissait des soldats de la marine, les voilà qui revenait à la charge. Avant de partir entièrement du bâtiment, Hiro se tournait vers l'homme à la moustache

« J’espère pour vous que nos chemins se recroiseront plus, parce que la prochaine fois vous aurez moins de chance »

Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Si tu n'as pas le courage de changer les choses alors il ne te restes plus qu'à mourir [ Sir W. Hawkins ] Lun 11 Jan - 20:41

Si tu n'as pas le courage...
Sir W. Hawkins
feat.
Hiro Yoshinaka










- Je ne reçois aucun ordre d'un gentilhomme de bonne famille, je vous conseille de partir rapidement de ce bar ce n’est par un endroit pour les gens de votre classe, vous risquez de vous faire mal.

Les personnes dans son genre, ça ne courait pas les rues. Il fallait avoir un sacré culot pour oser remettre à sa place un partisan de l'autorité. Heureusement, notre protagoniste n'était pas un homme à pleurer pour des choses si futiles... Et puis, son instinct de combattant lui indiquait que ce garçon n'était pas comme les autres. Cela ne provenait pas simplement de sa démarche, mais il avait un petit plus. Une sorte d'aura bestiale émanait de son corps, que ce soit dans sa démarche ou dans sa mentalité. Puis les évènements s'enchaînèrent très rapidement, avec l'arrivée d'un homme faisant soi-disant partie de la Marine. D'après ces dires, le blondinet avait foutu le bordel au Baratie. L'agent ne savait pas de quoi il en retournait, mais cela ne présageait rien de bon. Et puis, cet endroit, il ne se situait pas sur North Blue, alors pourquoi les soldats de Luvneel arrêteraient-ils ce malfrat ? Sans compter que même le gouvernement mondial n'avait pas prit connaissance de cette histoire, comment des subordonnées de leurs grades pouvaient-ils être tenu au courant ? Cela faisait trop de questions auxquelles il fallait répondre. Parfois, c'est bien d'être un abruti sans cervelle, n'ayant pour autres préoccupations que la bagarre pensa William. S'en suivi un affrontement palpitant entre le voyou et l'escouade de la Marine. Contre toute attente, l'agent décida de ne pas intervenir, il préférait les regarder pour se distraire. Peut-être que dans d'autres circonstances, il aurait pris part au combat, mais aujourd'hui, il voulait juste se reposer...

Eh voilà, à peine trente secondes s'étaient écoulés et les gens avaient recommencé à boire de même que notre moustachu. Depuis que son regard malicieux avait vu le combat du jeune assassin, sa seule obsession était de se battre avec lui. Il s'agissait d'un détenteur de fruit du démon de type paramécia. Et pas n'importe lequel, celui du diamant, rien à voir avec certains qui sont au combien pathétique. Rien ne pouvait lui faire plus plaisir, il offrit une tournée générale ce qui en réveilla plus d'un. Le bar se transforma en véritable souk ! Ni l'odeur du vieux bar, ni les tronches pour le moins glauques de ses camarades de beuverie ne vinrent gâcher son plaisir. Cul-sec après cul-sec, il enchaînait les verres battant de loin son record et par la même occasion la limite avant de devenir saoul. C'est donc totalement dépendant à l'alcool qu'il embrassa la jeune femme se situant sur le tabouret d'à côté... avant de se faire renvoyer de l'établissement à coup de pied dans le derrière. Notre trentenaire, se retrouvait dehors, c'est alors qu'il prit la décision de retrouver le blondinet, histoire de voir ce qu'il avait dans le ventre. Ainsi commença ses recherches en déambulant les jambes en cerceaux, les bras ballants. Difficile de se souvenir d'une tête que l'on a très peu vue surtout dans son état. Soudain, William eut une envie de vomir, voici comment il se retrouva dans une ruelle sombre. Ne pouvant plus se retenir, notre protagoniste cracha tout, et aperçu une scène des plus surprenantes. En effet, il observait une rencontre entre un mafieux, vêtue d'un habit chic entièrement noir, et un Marine... Tout devint clair comme de l'eau de roche. Les soldats étaient corrompus, et plus importants, le blondinet n'était pas ennemi du gouvernement. L'agent se propulsa donc dans les airs et se dirigea vers l'assassin renégat en faisant preuve de discrétion. Puis, il lui adressa la parole.

- Ça te dirait que je te donne un coup de main ? On ne sera pas trop de deux pour venir à bout de ces types. 
© Gasmask


Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Si tu n'as pas le courage de changer les choses alors il ne te restes plus qu'à mourir [ Sir W. Hawkins ] Sam 16 Jan - 13:43




Si tu n'as pas le courage de changer les choses alors il ne te restes plus qu'à mourir !

Hiro était toujours en train de courir à travers les rues de la ville poursuivie par la marine, qui était corrompue par l’une des organisations la plus réputée de North Blue. L’heure était à la course et à la bêtise, le jeune homme prenait cette petite escapade comme un simple jeu d’enfant du chat et de la souris. C’était la première fois depuis bien longtemps qu’il n’avait pas trouvé ce genre de situation aussi amusante. Il se trouvait au Royaume de Luvneel ou on pouvait entendre dans les allers du marcher et entre les bâtiments qui formaient le quartier, des coups de feu ainsi que des cris résumant la persévérance du jeune homme en cavale face à l’autorité locale. Le principal coupable de tout ce vacarme n’était autre que sa propre personne avec un manque total d’inquiétude face aux dangers. Il avait provoqué une patrouille de la marine à sa manière, en se promenant la tête libre dans le quartier marchant, maintenant qu’il était recherché par la marine due au fait qu’il avait foutu un sacré bordel dans le Baratie il fallait croire qu’aujourd’hui n’était pas son jour. D'autant plus que les choses ne s’arrêtaient pas vraiment là, foulant à grands pas le sol des différentes allées du quartier. Le jeune criminel continuait à courir dans l’objectif de ne pas de faire arrêter, il n’était pas vraiment inquiet pour ça, mais alors qu’il pensait à autre chose le jeune homme ne remarqua pas tout de suite l’escouade de marine qui se positionna devant lui pour bloquer le passage.Il se tourna donc sur la droite afin de les éviter et de prendre un autre raccourci, mais malheureusement pour lui ils avaient de l’avance. Effectivement devant notre protagoniste il y avait encore un soldat de la marine et la pire des choses, c’était qu’il s’agissait d’un cul-de-sac ... Il fallait dire que le renégat  n’avait pas bien joué sur ce coup-là . Le forçait à se dirigeait dans une impasse pour l’avoir en sandwich, c’était vraiment pas mal. Cependant, Hiro n’était le genre de personne à abandonnait aussi facilement les choses. Il accéléra donc le mouvement, sa main droite fermement serré des petites pulsations au niveau de son poignet commençait à se faire sentir transformant ainsi son poing en diamant. Dans la course vers l’impasse, Hiro prit rapidement appuis sur ses jambes puis se déplaça sur son adversaire à une vitesse inouïe, en plein course il lui décrocha une puissante droite dans la mâchoire avec ce genre de coup le soldat de la marine avait dû sentir sa tête se décrochait du reste de son corps ce qui l'envoya valsé haut dans les aires pour atterrir quelque mètre plus loin Hiro n’avait pas le temps de jauger sa force par rapport a son adversaire, dans la tête du jeune homme un coup signifiait un traumatisme crânien. Il ne s’arrêta pas seulement là, son poing était comme incontrôlable le coup continua alors jusqu’à toucher le mur de brique qui comportait le bâtiment en face. Notre protagoniste frappa assez fort pour passer à travers le mur et par la suite se frayait un passage à travers les pièces du bâtiment, qui semblait être un hôpital psychiatrique .


Pas le temps de s’excuser, le jeune criminel continua donc sa route jusqu’à être totalement en sécurité. Une tour fut visible au loin ce n’était pas une construction comme les autres c’était la tour d’un château. L’édifice était gigantesque et imposant. Il n’avait jamais vu cela auparavant, le jeune homme comprenait maintenant dans quel merdier il s’était fourré et pourquoi la Mafia de Luvneel était aussi connue a travers les mers. Elle imposait son règne sur les alentours, rendant le moindre édifice à proximité à l’état de vulgaire insecte il aurait pu s’émerveillait pendant des heures devant cette structure si un homme ne l’avait pas interpellé. « Ce château n’est-il pas magnifique  ?! Il représente la toute-puissance de la Mafia de Luvneel face au reste du monde. »Un petit groupe de soldat de la Marine était regroupé devant notre protagoniste, le plus inquiétant dans tout ça, était la personne qui se trouvait derrière eux. Il avait un masque en or représentant un dieu maya, n’important quel Dieu celui de la justice divine ?! comment un homme aussi barbare qu’Hiro connaissait ce genre de chose la réponse était pourtant simple, les livres ! pour être un bon assassin la force ne suffit pas tout le temps il fallait avoir un minimum de connaissances dans ce monde, un esprit sain dans un corps sain voila tout. Un bruit de pas puis un autre l’homme masquer s’avança en direction de notre protagoniste, les membres de l’organisation se décaleraient pour lui laisser du passage. Ce n’était pas possible l’homme était un représentent de la loi, un marine pour les plus bêtes..La jeune femme du bar était aussi présente, sans oublier sa poitrine volumineuse. Son rôle depuis le départ était collecter le plus d’information sur notre protagoniste, on peut avoir confiance en personne dans cette foutue ville

« C’est donc toi l’homme qui a ordonné aux soldats de la marine de me traquer dans toute la ville, je m’attendais pas à voir un Sergent-chef de la Marine derrière mes fesses ... Maintenant que je sais quel genre de personne tu es je n’aurais aucune pitié à t'éliminer ! Par contre je suis réellement déçu de te voir dans une telle situation Miss Bikini moi qui pensait qu’il avait quelque chose de fort  entre nous »

« Ahahahahaha ! De la part d’un homme mort se discourt est délici ... Snif ... Snif ... » Une immonde odeur commençait à se faire sentir, c’était peut-être les remontaient d'égout, le jeune homme regarda lentement vers les pieds du membre de la Marine quelque chose de marron passa en dessous de ses semelles de chaussures ... « Du vomi quel genre d’enfoiré s’amuse faire de genre de chose je représente à loi dans cette ville, il va me le payer très cher ! Vous pouvez disposer les gars on va s’occuper de son cas avec Miss Bikini ... Euh je voulais dire Sergent Hanisawa » L’odeur devenait de plus en plus forte , le mélange d’alcools et de nourriture était inqualifiable. Les joues gonflaient le jeune homme se retenait de dégobillait tout ce qu’il avait bu dans le bar, inspirant par le nez et expirait ou il pouvait, il lui fallut trente bonnes secondes pour s’y remettre. Tournant la tête pour voir quelle était la personne qui lui en voulait à ce point. Hiro regarda l’homme se déplaçait dans sa direction la bouche grande ouverte quand il vit que c'était le moustachu du bar ! le plus marrant dans tout ça c’était qu’il se croyait discret, le mec avait vomi a quelque ruelle de notre position ou on pouvait le repérer à huit kilométrés grâce à l'infecte flaque de gerbe qui coulait au sol et surtout l’ode....« Ça te dirait que je te donne un coup de main ? On ne serait pas trop de deux pour venir à bout de ces types.» Le jeune homme reprit rapidement ses esprits il était face un adversaire puissant certes il avait du vomi sur les chaussures, mais rien de grave il fallait juste faire attention au coup de pied, il était temps pour notre protagoniste de répondre à la question.

« Il y a aucune chance que je fasse équipe avec toi Monsieur moustaches maintenant étant donné que je suis un homme qui aime bien être adulé tu peux poser tes fesses sur le banc à coter et admirer un vrai homme ce battre et essayes de ne pas vomir partout ! »

PNJ:
 

Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Si tu n'as pas le courage de changer les choses alors il ne te restes plus qu'à mourir [ Sir W. Hawkins ] Sam 20 Fév - 20:14




Si tu n'as pas le courage de changer les choses alors il ne te restes plus qu'à mourir !

Pourfendant l'air à toute allure, Hiro se faufilait rapidement à travers les attaques adverses. La femme déchaînée toute sa puissance, elle tirait avec tout son arsenal en direction du renégat. Les balles fusaient, mais ne touchaient pas le jeune homme, elles s'écrasaient contre des murs, rebondissaient sur le sol ou traversaient les nuages. Les coups de feu avaient créé une cohue générale, les citoyens qui se trouvaient dans les alentours du champ de bataille décidaient de se cachaient derrière des maisons pour ne pas se retrouvaient criblés de balles.Le jeune homme était très concentré et calculait les moindres gestes de son opposante. Lise savait très bien que la personne en face d’elle n’était pas n’importe quel gugusse, l’homme devait avoir une meilleure expérience du combat que celle-ci. Elle avait beau tirer, aucune balle ne parvenait pas à l'atteindre, c'est ainsi qu'elle en vint à élaborer une stratégie.Le plan était simple, ralentir la cadence de ses tirs pour faire en sorte de laisser plusieurs ouvertures. Basique, mais réellement efficace. Il continuait de courir dans tous les sens tout tant analysant les capacités du sergent, se rendant vite compte que la cadence des tirs et la précision n'étaient plus au rendez-vous, chez son adversaire. Il tournait autour d'elle sans se soucier de rien d'autre qu’à la poitrine bombée de la femme qui taguer de droite à gauche tel un bateau dans une tempête. En manque total de concentration il sursauta lorsqu'il aperçut une balle sifflait juste devant lui changeant rapidement de direction pour esquiver la balle. Une demi-seconde près et il se la serait prise en pleine figure... et le combat serait terminé. Il se rapprochait alors à toute vitesse, d'elle avec une concentration sans failles. Jusqu'au moment où il trouva le bon créneau et s'y inséra.Tout se passa extrêmement vite, il prit appui sur le sol poussiéreux et démarra en trombe en direction de son adversaire. À un quelques pas de son opposante, le sol ce mis subitement a craqué sous le coup de l’homme masquer. La puissance qu'il dégageait était clairement plus imposante que celle de la femme qu'il combattait. Lisa fut repoussée par le vent qu'avait créé l'explosion, le sourire aux lèvres il était clair qu’elle était fatiguée par le combat.C'est vrai qu’à plusieurs reprises, il n'était pas loin d'arriver à l'attraper et elle savait pertinemment que si elle se faisait avoir, ce serait terminé. Elle reprit son souffle un moment, par chance l'homme en face d’elle n’était plus sur ses cotes elle pouvait reprendre tranquillement ses forces.

«  .... Taichô ... J'aurais besoin de votre aidé pour le vaincre ... cet homme est d'une autre trempe  »

Hiro se tourna en direction du sergent-chef de la marine, l’homme était en pleine course . Il était temps pour lui de clore ce chapitre, les yeux fermé une certaine aura entourait parfaitement le corps du jeune Hiro tous ses sens était en éveille . Ten n’était qu’à quelques centimètres à peine de l’assassin et il lui fallut jouer astucieusement pour éviter de se faire toucher par un de ses coups. Il tourna sur lui-même, fit mine de le frapper avec son pied gauche et fit trois tours sur lui-même pour passer au-dessus de l’homme masquer alors qu'il tentait de l'attraper avec ses deux mains. Arrivé dans le dos de son adversaire , il frappa sa nuque de toutes ses forces avec le plat de sa main recouverte d’une épaisse couche de diamant. Le sergent-chef tomba inconscient sur le sol fracassant son masque à la même occasion


« Le combat est terminé Miss Bikini, la personne qui se trouve au sol n’est autre que Yukimi Kazuhiko alias le boucher connu a travers North Blue pour être un tueur à gages de la famille De Vitto. Il a rejoint la marine pour des raisons encore inconnues, mais je conte bien enquêter là-dessus. Tu te demandes maintenant pourquoi je te dis tout ça a toi un simple sergent de la marine... La réponse est simple quand mon regard a croisé le tient j’ai senti quelque chose de digne, une certaine droiture et je pense qu’il faut des personnes comme toi dans cette ville quelqu’un qui est là pour changer les choses d’une manière positive. Dans ton rapport donne leur mon identité pour évitait qu’il s’en prenne à toi, il est temps pour moi de quitter cette île , Sayanora ! »

«  Mais ... Attends un peu ! ! j'aurais pleins de questions à te poser »

Il quitta donc la petite rue sombre, et qui avait l’air plutôt mal fréquentée, pour pénétrer dans une avenue quasiment déserte à cette heure si. Pourquoi venir ici ? Car il espérait que les soldats qui le pourchassaient tout à l’heure venaient de cette avenue. Si c’était le cas, elle serait déserte et offrirait une échappatoire plus ou moins facile. Son plan fonctionna plus ou moins. En effet, l’avenue était plus ou moins déserte quand il arrivait mais la patrouille de tout à l’heure les rejoignit assez vite. Ils avaient devancé les idées d’Hiro, ce qui lui plut moyennement. Il ne pouvait cependant pas se permettre de s’arrêter pour régler leur compte à ses soldats gênants. Il se contenta donc de s’enfoncer encore une fois dans le labyrinthe de la ville. Toutefois, plus ils avançaient, plus la sortie s’éloignait, ce qui ne présageait rien de bon pour la suite. Il finit tout de même par s’arrêter dans une petite ruelle étrangement similaire à celle de tout à l’heure. Il prit appui contre un mur, le temps de souffler un peu. Il y avait peu de chances qu’on le trouve ici. Il était tout de même dans une sorte de temple de l’infamie. Les bâtiments très rapprochés laissaient rarement la lumière pénétrer ici. Des escaliers descendaient sous les constructions, donnant accès à des habitations souterraines à bas prix plus ou moins légales.Il reporta son attention sur une fenêtre, au deuxième d’un bâtiment, de l’autre côté de la rue. La lumière était allumée, et le jeu des ombres permettait de deviner la scène. Un homme battait sa femme. Ça peut sembler courant, pourtant, cette scène fit détourner les yeux du jeune homme. Il savait qu’il ne pouvait rien faire pour la pauvre. S’il faisait du bruit, il se ferait choper, il irait en taule et elle reviendrait ici, pour se faire frapper encore une fois.

Il n’avait pas vraiment envie de s’étendre sur le sujet. Tout ce qu’il espérait à l’instant, c’était une douche bien chaude, un repas correct, et un lit suffisamment douillet pour qu’il puisse passer une bonne nuit à la fois reposante et agréable, pour finalement se réveiller la tête dans un oreiller moelleux à souhait. Il s’intéressa de nouveau à la fenêtre de tout à l’heure, il trouva un sac rempli de produit entretient, à l’aide d’un mélange plutôt puant il créa une sorte de teinture pour les pauvres qui déposa sur sa chevelure blonde ayant pour effet de blanchir ses cheveux . À la suite de ça l’homme quitta l’île d'une facilité déconcertante...


Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Si tu n'as pas le courage de changer les choses alors il ne te restes plus qu'à mourir [ Sir W. Hawkins ]

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Si tu n'as pas le courage de changer les choses alors il ne te restes plus qu'à mourir [ Sir W. Hawkins ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une leçon de courage... avec Julie Benz
» Mot de passe Courage
» Pour le courage des Tunisiens
» courage c60 made in viper ;-) enfin finie
» Suicide : courage ou lâcheté ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece : Refresh :: Zone d'Administration :: Les Blues :: North Blue :: Royaume de Luvneel-
Sauter vers: